«

»

Le liège a de plus en plus la cote, ses secrets décryptés !

 
 
 

Pendant longtemps, il n’apparaissait que sous la forme de tableaux à punaiser, de dessous de plat et bien sûr de traditionnels bouchons.

Le développement durable, l’éco-construction nous l’ont fait redécouvrir et ses qualités sont tout à fait exceptionnelles ! Et si nous avions tout dans la nature à portée de main (ou de hache) ?

 

sol en liège

Meister


 
 
 

D’où vient-il ?

 
 

Le liège nous vient du chêne du même nom. Il protège l’arbre des insectes, du froid et des intempéries tout en lui permettant de respirer, par de minces canaux appelés lenticelles.

C’est à partir du 19è siècle que l’on développe des forêts de chênes liège pour l’exploitation. Les portugais et les espagnols furent parmi les premiers à se lancer dans la subériculture.
C’est en 1860 qu’un écossais, Frederick Walton, ajouta de l’huile de lin à ce matériau, le linoléum était né. Il se mit à produire des revêtements de sols pour toute l’Europe et l’Amérique de nord jusqu’en 1970.

 
 
 

Comment le récolte t’on ?

 
 

écorçage chêne liège

crédit : wikipédia

Déjà, la particularité vient du fait qu’il n’est pas nécessaire d’abattre l’arbre. Un arbre va donner une quinzaine de « levées » au cours de sa vie.

Grâce à une technique appelée « l’écorçage », on va récupérer le liège. Cela se passe en plusieurs temps ; il est d’abord nécessaire de procéder au « démasclage » de l’arbre. C’est une opération qui consiste à enlever ce qu’on appelle le « liège mâle », dès que le tronc a atteint 70 cm de circonférence. Le liège mâle est noir et dur. Ensuite, un nouveau liège va se former, appelé « liège femelle » ou liège de reproduction. C’est la récolte du liège femelle que l’on appelle « la levée ». Il faudra quelques levées avant que le liège ne possède toutes les qualités qu’on lui connaît ; notamment pour la fabrication de bouchons.

On considère que l’arbre doit être au repos pendant au minimum 9 ans afin de reconstruire un couche de bonne qualité. Cela se fait donc dans le plus grand respect de l’environnement. La levée se fait entre mai et août.

 
 
 

À quoi sert-il ?

 
 

Il sert traditionnellement à fabriquer des bouchons pour le vin. Plus de 80 % de la production de liège mondiale y est consacrée.

Il était connu et utilisé déjà 3000 ans avant JC… En Chine, en Égypte notamment, on en faisait des flotteurs pour la pêche. Du liège fut également retrouvé dans des tombeaux égyptiens pour fermer les récipients. Ce n’est que bien plus tard (1er siècle avant J.-C.) qu’il fut utilisé pour la première fois dans l’industrie bouchonnière.

Depuis le 20è siècle, on le retrouve partout, de l’industrie automobile, à l’aéronautique, en passant par les technologies de pointe, et bien sûr le BTP. Car toutes les propriétés réunies dans ce matériau naturel, rendent le liège précieux pour diverses applications, jusqu’à la bioconstruction.

 
 
 

De très nombreux avantages

 
 

100% naturel, c’est un matériau à haute valeur environnementale.

À l’heure de la recrudescence mondiale des allergies (poussière, acariens, animaux…), des problèmes climatiques, on voit arriver avec bonheur un matériau qui répond, comme par magie, aux problèmes d’aujourd’hui !

 

  • Anti-allergénique et antistatique

Il est antistatique, donc n’accroche pas la poussière, Quelle bonne nouvelle pour les allergiques et autres asthmatiques ! De fait, son entretien est facilité. Il se nettoie tout simplement à l’eau et au savon.

N’oublions pas qu’il sert au chêne pour se protéger des insectes. Il éloignera les nuisibles de votre environnement.

 

  • Écologique

Très bon isolant thermique et acoustique, il est de plus en plus utilisé dans les écoconstructions. Il absorbe les sons et il est imputrescible.

Le fait qu’il ne libère aucune émanation toxique, en fait un produit très séduisant pour vivre dans un environnement sain. Totalement recyclable et biodégradable.

Et cerise sur le gâteau, pas besoin d’abattre les arbres !

 

  • Souple et résistant

Le liège absorbe les chocs, ce qui le rend particulièrement confortable. Son élasticité lui permet une bonne résistance à l’usure. Il a d’autre part une faible dilatation aux variations de températures, contrairement au bois. Il résiste bien au feu ; il ne s’effrite pas.

On en fait surtout des revêtements de sols, et est très utilisé dans l’industrie maritime.

Intéressant aussi en semelle, il permet de réduire les chocs dans les articulations des chevilles…

 

  • Résistant à l’eau

Il est étanche aux liquides, on l’utilise essentiellement jusqu’à présent pour la fabrication des bouchons. Il peut aussi bien être utilisé dans une cuisine ou une salle de bain.

Surtout apprécié en revêtement de sol et on comprend désormais pourquoi ; plus « doux » que le bois, il n’est jamais froid, idéal pour des jeunes enfants.

 
 
 

La mode et les accessoires

 
 

accessoires en liège

chaussures en liège

Planeteliege


 

Casquettes, ceintures, chaussures, sacs, bracelets de montres…

Tout cela dans des tonalités naturelles qui s’accordent avec toutes les couleurs. Sobre et efficace 😀

À la maison, nous avons voulu tester la casquette ! Souvent, le problème est que les casquettes donnent chaud à la tête et il est parfois difficile de les faire tenir en place notamment avec les enfants ! C’était donc l’occasion de tester ses qualités thermiques !

Monsieur l’a ainsi portée pendant un après midi particulièrement chaud pour tondre la pelouse et devinez quoi ? Ce fut très positif, il a eu moins chaud qu’avec du tissus, casquette adoptée ! 😉

 

Au Portugal, grand producteur de chênes-liège, on en fait même des cartes postales, voilà quelque chose qui sort des sentiers battus et qui me plaît bien !

 
carte en liègecarte en liège

Crédit : Equilibrihome

 
 
 

Objets décoratifs et mobilier ne sont pas en reste !

 
 

Le liège s’accommode volontiers partout… Il est possible de le peindre pour l’intégrer à sa déco ; son côté naturel apportera de la chaleur à un intérieur ultra moderne ; et il intégrera parfaitement un intérieur « nature » ou ancien comme n’importe quel bois !

D’ objets designs en mobilier, il s’invite désormais partout, à l’image du travail de Carlos Ortega, qui a créé la « corkigami chair » (contraction de cork et origami).

corkigami chair

Corkigami chair – Carlos Ortega

mobilier en liège

objets en liège

Designmag 


 
 
 

Et vous ? Que pensez-vous de cette matière ? La mettriez-vous chez vous ?

 
 
 
 
 
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

   

Cet article vous a plu ?

  Guide      

Téléchargez gratuitement mon guide !

* indicates required

(2 commentaires)

  1. Myriam

    Je la mettrais tellement chez moi!!
    J’adore sa texture et son confort pour les articulations.
    Merci pour ce bel article 😉

    View Comment
    1. Christine

      Merci Myriam 🙂 Je l’ai adopté à la maison, c’est une vraie découverte, surprenante !

      View Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>